×

Mouvement ouvrier

Après le 49.3, les contrôleurs aériens en grève font annuler 20 à 30% des vols à Orly et Marseille

Le personnel de l’aviation civile est en grève du lundi 20 au mercredi 23 mars à l’appel de l’USAC-CGT contre le projet de réforme des retraites et suite au déclenchement du 49.3. 20 à 30% des vols sont annulés à Orly et Marseille. Cette mobilisation s’inscrit dans une radicalisation de la contestation qui déborde les journées appelées par l’intersyndicale.

Dorian Maffei

20 mars 2023

Facebook Twitter

L’un des principaux syndicats de l’aviation civile, l’USAC-CGT, a déposé vendredi un préavis de grève du lundi 20 au mercredi 23 mars. Alors que les agents grévistes étaient déjà couverts jusqu’à la fin du mois, ce préavis spécifique est une réaction directe au passage en force du projet de réforme des retraites par le 49.3 jeudi soir. Dans ce préavis, le syndicat « appelle l’ensemble des personnels de la DGAC et de l’ENAC à se mettre massivement en grève et à participer aux manifestations » du 20 au 23 mars, en prenant acte « des modalités choisies par le gouvernement pour imposer sa réforme des retraites », c’est à dire le 49.3.

La DGAC a demandé aux compagnies d’annuler 30% des vols prévus lundi à l’aéroport de Paris-Orly et 20% à Marseille. Cette demande a été renouvelée pour mardi et mercredi avec 20% d’annulations. 20 à 30% des vols annulés, c’est quasiment le maximum légal dans l’aviation civile où le droit de grève est limité par la loi qui prévoit un service minimum avec une astreinte et une liste de vols permettant de garantir le maintien de la moitié des vols. Selon l’USAC-CGT, la DGAC « ne met plus en place ce service minimum, afin de faire passer bien plus de 50% de trafic et de nous faire passer aux yeux de l’opinion publique pour des "preneur d’otage" ». Le 11 février dernier, la mobilisation des contrôleurs de l’aéroport d’Orly avait causé l’annulation de la moitié des vols et conduit le gouvernement à attaquer leur droit de grève.

Pour le personnel de l’aviation civile, ces trois journées de mobilisation sont les premières journées appelées hors d’un appel national de l’intersyndicale depuis le 11 février. Ces appels à la grève montrent bien que, dans plus en plus de secteurs, les salariés veulent aller au-delà des journées de grève de 24h et que le mouvement de grève reconductible, déjà installé à la SNCF et dans l’énergie, et qui se renforce dans les raffineries, s’étend d’heures en heures, alors que l’intersyndicale nationale qui n’a pas lancé d’appel entre le 15 et le 23 mars.


Facebook Twitter
Accident mortel à la poudrerie de St-Médard-en-Jalles : Ariane Group s'obstine à nier sa responsabilité

Accident mortel à la poudrerie de St-Médard-en-Jalles : Ariane Group s’obstine à nier sa responsabilité


Répression syndicale, du jamais vu depuis l'après-guerre

Répression syndicale, du jamais vu depuis l’après-guerre

Après une semaine de forte mobilisation dans le 93, quel plan pour l'Éducation ?

Après une semaine de forte mobilisation dans le 93, quel plan pour l’Éducation ?

« C'est du jamais-vu » : Grève massive des conducteurs de bus de Lacroix pour les salaires

« C’est du jamais-vu » : Grève massive des conducteurs de bus de Lacroix pour les salaires

Education. Dans le 95, la mobilisation se construit autour du lycée Simone de Beauvoir

Education. Dans le 95, la mobilisation se construit autour du lycée Simone de Beauvoir

Grève illimitée à l'hôpital du Mans : « On met des rustines à chaque fois mais on est au bout »

Grève illimitée à l’hôpital du Mans : « On met des rustines à chaque fois mais on est au bout »

Reconductible à Paul Eluard : la mobilisation se construit contre la casse de l'éducation

Reconductible à Paul Eluard : la mobilisation se construit contre la casse de l’éducation

Grève : l'usine Bosch de Mondeville à l'arrêt contre la menace de suppression d'emplois

Grève : l’usine Bosch de Mondeville à l’arrêt contre la menace de suppression d’emplois