^

Politique

Un parti comme les autres

Anti-système ? Dans l’Hérault, le RN recycle un ancien du PS passé par LREM en tête de liste

Courtisé depuis des mois, Frédéric Bort, ancien directeur de cabinet de Georges Frêche (PS), a annoncé sa candidature aux régionales sur la liste du RN. Marine Le Pen continue ainsi à recycler les piliers du « système » qu’elle fait mine de dénoncer.

mercredi 12 mai

Crédits photo : Radio France - Claire Moutarde

Lors d’une conférence de presse, ce mercredi 12 mai au matin, Frédéric Bort, l’ancien bras droit à la région de Georges Frêche (PS), a annoncé, aux côtés de Louis Alliot, maire RN de Perpignan et de Jean-Paul Garraud, la tête de liste du RN, sa candidature aux régionales sous les couleurs du Rassemblement National. Un ralliement particulièrement opportuniste, de la part d’un politique professionnel passé en 2017 par… LREM !

L’ancien socialiste raconte au micro de Midi Libre : « Je me suis engagé politiquement avec Georges Frêche, une gauche qui s’adressait aux milieux populaires. […] Après, le discours d’Emmanuel Macron m’a plu, une rupture soft. J’ai été déçu. […] Le Rassemblement National s’engage dans une union assez large pour créer cette alternative dans la région, peut-être demain en France, c’est un bon chemin ».

Lui, qui clame à qui veut l’entendre que son choix est celui de la défense du « peuple ouvrier », choisit donc en bonne logique le parti qui fait du remboursement de la dette publique sa priorité, qui s’oppose à la hausse du SMIC , qui refuse l’amnistie des Gilet Jaunes que Bort se targue de représenter, ou encore qui parle de préavis de grève « honteux » lorsqu’il s’agit de défendre les retraites.

Du côté du RN, le parti montre à nouveau qu’il n’a aucun souci à recycler de purs produits du système. Ce n’est pasl a première fois dans ces élections, puisque le RN présentera également Frédéric Kersauson, un riche homme d’affaire, en Bretagne, mais aussi Yves Bonnet, l’ancien patron de la Direction de la Surveillance Territoriale en Seine-Maritime.

A rebours de son image anti-système, le Rassemblement National se sert aujourd’hui des régionales comme un marche-pied pour la présidentielle en tentant de rallier à lui des incarnations du système. Il rappelle ainsi qu’il n’est ni plus ni moins qu’un parti xénophobe, raciste et bourgeois de plus qui ne défend et ne défendra jamais les intérêts des classes populaires !




Mots-clés

Rassemblement National   /    LREM   /    Extrême-droite   /    Politique