^

Racisme et violences d’Etat

SOLIDARITÉ FACE À LA RÉPRESSION !

Acharnement judicaire : Assa Traoré une nouvelle fois mise en examen par la justice

Ce vendredi 1er avril, la justice a décidé de mettre, une fois de plus, Assa Traoré en examen pour avoir prononcé ces mots « Adama, les gendarmes t’ont tué mais ils ne tueront pas ton nom ». Un nouvel exemple d’une justice de classe raciste qui s’acharne depuis des années contre la famille Traoré. Dans le même temps, les gendarmes mis en cause dans la mort d’Adama Traoré ne sont toujours pas inquiétés.

vendredi 1er avril

Crédit photo : BERTRAND GUAY AFP

Depuis maintenant 6 ans, la famille Traoré se bat pour obtenir Vérité et Justice pour Adama, jeune homme décédé à la suite de son interpellation par des gendarmes. Depuis le début de ce combat, Assa est devenue une des figures de proues de la lutte contre le racisme et les violences policières, mais aussi un des symboles d’une justice de classe raciste. Pendant que les gendarmes, coupables de la mort d’Adama Traoré n’ont jamais été condamnés ni même inquiétés, malgré les nombreux éléments à charge révélés par des enquêtes indépendantes, la famille Traoré est, elle, victime d’un véritable acharnement judiciaire.

Ce vended 1er avril, Assa Traoré a annoncé sur son compte instagram être une nouvelle fois mise en examen pour, cette fois, avoir déclaré : « Adama, les gendarmes t’ont tué, mais ils ne tueront pas ton nom ». Ce nouveau rebondissement scandaleux fait suite à une série de mises en examen à l’encontre d’Assa Traoré et de toute la famille Traoré. Un acharnement qui a conduit par exemple à l’emprisonnement de Bagui Traoré, frère d’Adama Traoré, à la condamnation d’ Assa Traoré pour « atteinte à la présomption d’innocence » ou encore à ce que des soutiens du Comité Adama soient poursuivis.

Cette nouvelle mise en examen constitue une nouvelle illustration d’une Justice au service de la classe dominante et qui se place toujours du côté de l’impunité policière. Pendant que les victimes de violences policières sont systématiquement criminalisées et délégitimées par les médias, les familles de victime doivent s’affronter à un appareil répressif et judiciaire qui n’a de cesse de les criminaliser à leur tour. Ces stratégies ne sont pas anodines, elles visent à réprimer et faire taire ceux qui s’opposent et dénoncent le racisme d’état et qui réclament Vérité et Justice.

Contre l’acharnement judiciaire, il est nécessaire de continuer à exiger Vérité et Justice pour Adama, de soutenir fermement Assa Traoré contre l’acharnement Judiciaire et de réclamer l’abandon de toutes les charges contre elle et sa famille !