×

Grève

4 jours de grève pour les salaires dans les transports toulousains : les Tisséo durcissent le mouvement

La mobilisation se durcit chez les travailleurs des transports toulousains de Tisséo. A l’appel de l’intersyndicale, les salariés se préparent à entrer en grève pour quatre jours ce mardi pour défendre leur salaire. Un point d’appui pour construire une grève reconductible illimitée.

Alberta Nur

29 mai 2023

Facebook Twitter
4 jours de grève pour les salaires dans les transports toulousains : les Tisséo durcissent le mouvement

En lutte pour maintenir une « clause de sauvegarde » qui réévalue annuellement leur salaire en fonction de l’inflation, les salariés des transports toulousains de Tisséo se préparent à durcir leur combat dès ce mardi. Après 3 journées isolées de grève massives, les salariés vont mener une grève sur quatre jours consécutifs. Une mobilisation qui semble donner des frissons à la direction de Tisséo. Depuis cette annonce, celle-ci cherche tous les moyens pour casser la mobilisation. En effet, après avoir traité les salariés de « honte du service public » ou encore de « privilégiés », la direction a menacé de réquisitionner les grévistes et d’imposer un service minimum.

D’après nos informations, avec plus de 60% de grévistes pour le premier jour, la mobilisation s’annonce une fois de plus très suivie. Sur les 4 jours, 100% des agents du métro seront en grève. A Langlade par exemple, un conducteur nous explique que plus de la moitié des 500 conducteurs seront en grève. Les salariés se retrouveront dès 4h30 du matin sur le site de Garossos, pour ensuite partir en manifestation en direction de MEET, où se déroule un « salon de la mobilité ». Une occasion pour les salariés de confronter la direction et les élus de la ville, qui n’ont aucune considération pour les conditions de travail des salariés, du haut de leurs salaires mirobolants.

« Construire des assemblées générales pour répondre aux attaques de la direction »

Le directeur général l’a montré : il anticipe les mobilisations pour minimiser l’impact des grèves. Par exemple, ce mardi 30 mai, alors que la majorité des agents d’entretien sont en grève, la direction mobilise des cadres pour faire tourner le métro. Une manœuvre pour casser la grève qui met en danger les usagers, car l’effectif est insuffisant. Autant de manœuvres auxquelles il faut se préparer et répondre pour construire un rapport de forces.

Face à la peur que le mouvement fasse tache d’huile, la direction se radicalise et a annoncé aux salariés, suite à une réunion avec les organisations syndicales le 11 mai, qu’elle supprimerait coûte que coûte la clause de sauvegarde. Dans le même temps, elle annonce une augmentation de 2,8% les salaires, ce qui, face à une inflation officielle qui dépasse les 5%, revient à une baisse du salaire réel des salariés. Une manœuvre qui cherche à diviser les travailleurs, mais n’a pas réussi à démobiliser.

Face à ce durcissement de la direction, et sous pression des travailleurs à la base, l’appel de l’intersyndicale a une grève de 4 jours constitue indéniablement un point d’appui pour faire reculer la direction de Tisséo. Mais pour gagner, à l’instar notamment des grévistes de Paris Nord qui ont arraché des augmentations de salaires après une grève dure, les quatre journées de grève à venir devront être massives et continues. Elles devront servir à l’ensemble des salariés, quelles que soient leurs étiquettes syndicales, et qu’ils soient syndiqués ou non, à s’emparer de leur grève pour définir le plan de bataille à venir.

Pour cela, la construction d’assemblées générales, où tous les salariés peuvent donner leur avis sur les suites à donner au mouvement, y compris pour durcir plus encore le conflit par une grève reconductible illimitée, est primordial. C’est dans ces cadres démocratiques qu’il est possible d’élaborer collectivement des solutions face aux nombreux obstacles qui existent sur le chemin de la victoire. En premier lieu, dans un contexte d’inflation où les pertes de salaires pèsent plus que jamais sur les salariés, la mise en place d’une caisse de grève pourrait permettre de dépasser les difficultés financières. L’assemblée générale peut également être le lieu où l’extension de la grève se prépare, en discutant de comment aller chercher les collègues qui hésitent encore à se mobiliser ou encore pour déjouer les mensonges de la direction et s’organiser face à son mépris.

Dans un contexte où les difficultés persistent et s’accumulent : la construction d’assemblée générale est un enjeu clé pour que ces 4 jours de mobilisation soient à la hauteur de la colère des salariés de Tisséo. Plus largement, la direction n’hésitera pas à utiliser toutes les manœuvres pour monter les usagers contre les salariés pour briser la grève. Les assemblées générales pourraient être le lieu d’élaboration collective d’une adresse aux usagers, essentielle pour renforcer la mobilisation.

« Tous avec les grévistes de Tisséo pour la gratuité des transports et l’indexation des salaires sur l’inflation »

Dans le contexte ou la grève se durcit, et la direction fait tout pour isoler les grévistes, l’enjeu du lien avec les usagers est crucial pour la suite du conflit. Une bataille à mener consciemment pour les salariés car la direction qui prétend être du côté des usagers a annoncé récemment une hausse importante des prix transports, attaquant ainsi les usagers. C’est dans ce sens, qu’une pétition a été initiée par le réseau pour la grève générale, pour se joindre à la revendication de l’indexation des salaires sur l’inflation et réclamer la gratuité des transports.

La bataille que mènent les travailleurs de Tisséo est un exemple à suivre pour toute la population qui subit l’inflation. A l’image de la grève des travailleuses de Vertbaudet, la mobilisation de Tisséo montre la voie pour lutter pour les salaires, et une victoire de Tisséo serait une victoire pour l’ensemble de notre camp social ! Soyons nombreux dès demain pour les soutenir à 4h30 à Garossos.

Lire aussi : Vertbaudet. La CGT veut « nationaliser le conflit » : à quand une mobilisation nationale pour les salaires ?


Facebook Twitter
Acharnement : InVivo relance une procédure de licenciement après sa défaite aux Prud'hommes

Acharnement : InVivo relance une procédure de licenciement après sa défaite aux Prud’hommes

« L'impunité patronale doit cesser » : Sophie Binet soutient Christian Porta face à l'acharnement d'InVivo

« L’impunité patronale doit cesser » : Sophie Binet soutient Christian Porta face à l’acharnement d’InVivo

Fusion de l'audiovisuel public : une grève massive contre le projet de Macron

Fusion de l’audiovisuel public : une grève massive contre le projet de Macron

Débrayages quotidiens, journées fortes : l'AG des Neuhauser vote la grève en soutien à Christian Porta

Débrayages quotidiens, journées fortes : l’AG des Neuhauser vote la grève en soutien à Christian Porta

Répression à l'usine de Toray : le secrétaire fédéral de la FNIC-CGT menacé de licenciement

Répression à l’usine de Toray : le secrétaire fédéral de la FNIC-CGT menacé de licenciement

Victoire : les Prud'hommes ordonnent la réintégration de Christian Porta, délégué CGT

Victoire : les Prud’hommes ordonnent la réintégration de Christian Porta, délégué CGT

Grève à la RATP : la colère grandit, quelle perspective pour massifier la mobilisation ?

Grève à la RATP : la colère grandit, quelle perspective pour massifier la mobilisation ?

4 grévistes de Rougier & Plé menacé·es de licenciement suite à leur mobilisation

4 grévistes de Rougier & Plé menacé·es de licenciement suite à leur mobilisation