×

Retraites

200 cheminots et soutiens tentent d’envahir le siège de Renaissance, la police matraque et gaze

Sur le parvis de la gare Saint-Lazare, de nombreux grévistes en reconductible de la SNCF, de la RATP mais aussi des professeurs et des postiers s’étaient donné rendez-vous pour mener une action coup-de-poing devant le siège de Renaissance. Ils ont vite été réprimé par les forces de police.

Nathan Deas

14 mars 2023

Facebook Twitter
200 cheminots et soutiens tentent d'envahir le siège de Renaissance, la police matraque et gaze

Crédits photo : Révolution Permanente

En début d’après-midi, ce mardi, près de 200 travailleurs en grève de la SNCF, de la RATP, de Géodis, de Laposte, de la FNAC, de Monoprix ou encore de l’éducation nationale se retrouvent devant la gare Saint-Lazare à Paris. « Ce rassemblement avait été appelé lors du dernier rassemblement Interpro à Saint Lazare, vendredi dernier. C’était l’occasion de faire un point par rapport au mouvement et de poser l’urgence à durcir du conflit » explique Yacine Jioua, conducteur de bus à la RATP et militant CGT.

Les prises de parole s’enchainent. A l’issue du rassemblement, les grévistes décident de partir en manifestation sauvage et de se rendre devant le siège de Renaissance. « On a posé des ordures devant le siège de Renaissance près de la Gare Saint Lazare. On a voulu interpeller Macron et lui dire que personne ne veut de sa réforme. Depuis le début du mouvement, le gouvernement et leurs députés, veulent faire comme s’il n’y avait pas un mouvement social historique, donc on est allés les chercher chez eux » résume le syndicaliste.

« Très rapidement la police a cherché à nous bloquer le passage. Ils ont fait barrage devant le siège de Renaissance. Ils ont matraqué et nassé les grévistes. Comme depuis le début du mouvement, chaque fois qu’il y a une dynamique au durcissement, les chiens de garde de Macron viennent tenter de tuer dans l’œuf la mobilisation » raconte Yacine. « On est ensuite allés à l’intérieur de la gare pour nous adresser aux usagers » conclue-t-il.

Actions coup de poing, coordination, durcissement du conflit et grève reconductible : voilà en tous cas la voie à suivre. Alors que l’intersyndicale se satisfait toujours d’en appeler à des journées isolées, plus que jamais, il y a urgence.


Facebook Twitter

Nathan Deas

@rp_deas

Grève : l'usine Bosch de Mondeville à l'arrêt contre la menace de suppression d'emplois

Grève : l’usine Bosch de Mondeville à l’arrêt contre la menace de suppression d’emplois

Reconductible à Paul Eluard : la mobilisation se construit contre la casse de l'éducation

Reconductible à Paul Eluard : la mobilisation se construit contre la casse de l’éducation

« C'est du jamais-vu » : Grève massive des conducteurs de bus de Lacroix pour les salaires

« C’est du jamais-vu » : Grève massive des conducteurs de bus de Lacroix pour les salaires

Pas de rentrée dans le 93 : grève reconductible et AG pour dénoncer la casse de l'éducation

Pas de rentrée dans le 93 : grève reconductible et AG pour dénoncer la casse de l’éducation

Pourquoi les grèves catégorielles se multiplient-elles à la SNCF ?

Pourquoi les grèves catégorielles se multiplient-elles à la SNCF ?


Un dirigeant de la CGT convoqué à la gendarmerie pour un collage d'affiches sur une poubelle

Un dirigeant de la CGT convoqué à la gendarmerie pour un collage d’affiches sur une poubelle

Fin de la vidéosurveillance des travailleurs : une première victoire pour les employés des librairies Boulinier

Fin de la vidéosurveillance des travailleurs : une première victoire pour les employés des librairies Boulinier

InVivo : « L'homme le plus puissant de l'agriculture française » n'aime pas les syndicats

InVivo : « L’homme le plus puissant de l’agriculture française » n’aime pas les syndicats